Mauritanie : créer de nouveaux débouchés pour les jeunes en recherche d'emploi

12 juin 2020

L'Afrique est à la fois le continent le plus jeune du monde et celui à la croissance la plus rapide. Chaque année, 10 à 12 millions de jeunes entrent sur le marché du travail ; or, bien moins d'emplois sont créés et, à cause de l'inadéquation des compétences, les jeunes manquent parfois de l'expertise requise dans la vie active moderne.

La Mauritanie constitue un microcosme de ces difficultés. Plus de 60 % de la population a moins de 25 ans ; pourtant, cette tranche d'âge est deux fois plus susceptible d'être au chômage que les plus de 25 ans (42 % contre 21 %).

Pour améliorer l’accès à l’emploi, l’IIPE-UNESCO Dakar a travaillé avec le gouvernement mauritanien pour élaborer des politiques de formation professionnelle et créer un partenariat public-privé destiné à favoriser l'emploi et l'inclusion sociale des jeunes. Dans le cadre de ce partenariat public-privé, des entreprises de trois secteurs économiques majeurs – agriculture mixte, bâtiment et travaux publics ainsi que pêche – ont dressé la liste des « emplois prioritaires » dans trois régions du pays.

Les entreprises du bâtiment, par exemple, ont indiqué avoir besoin d'ouvriers du bâtiment polyvalents. Actuellement, ces entreprises sont obligées d'embaucher trois apprentis différents pour honorer les contrats de construction de structures. Ce nouveau profil pourrait être intéressant, en particulier pour les petites entreprises, qui dominent le secteur en Mauritanie. D'autres emplois ont été identifiés : opérateurs de machines, artisans pêcheurs, opérateurs d'engins de pêche et mécaniciens de moteurs hors-bord, entre autres.

La prochaine étape du partenariat consistera à analyser les capacités des centres de formation. Par exemple, ont-ils suffisamment de formateurs dans les domaines spécialisés, ou l'équipement adéquat ? Une analyse similaire sera également effectuée pour les entreprises participantes, afin de déterminer de quelle manière elles peuvent contribuer elles aussi à l'offre de formation. 

Version longue de l'article sur le site global de l'IIPE-UNESCO